RENCONTRE AVEC MAXENCE LE ROY SOIGNEUR A OCEANOPOLIS

  • photo-maxence-article
  • loutre-de-mer-1-article-copyright-oceanopolis
  • article-pavillontempere_phoqueveaumarin_oceanopolis_copyright-oceanopolis

MAXENCE LE ROY DRESSEUR SOIGNEUR DE MAMMIFÈRES MARINS A OCEANOPOLIS

Maxence Le Roy ne se destinait pas à exercer le métier de dresseur* . C’est d’abord comme animateur que le jeune brestois est entré à Oceanopolis en 2016, le temps d’un remplacement. parce qu’il se plait dans cet univers, Maxence présente sa candidature et intègre l’équipe de dresseurs soigneurs en mai 2017. Le Journal de La Butte a rencontré ce diplômé d’un master en biologie marine, qui exerce aujourd’hui un métier vraiment pas comme les autres. immersion dans le monde des mammifères marins …

Huit heures du matin. Maxence Le Roy et ses collègues se retrouvent dans leur « cuisine », l’espace dédié à la préparation du repas des mammifères marins. Au menu des pensionnaires : poissons, céphalopodes, coquillages et crustacés. Maquereaux, harengs et lançons pour les phoques ; les loutres ont droit quant à elles, à quelques calamars, clam et crevette en plus. Chaque jour, phoques gris et phoques barbus consomment ainsi 4 kg de poissons, 3 kg pour les veaux marins ; les loutres sont un peu plus gourmandes avec 4,4 kg ingurgités.

BEAUCOUP D’ATTENTION POUR LES LOUTRES

Deux espèces résident à Océanopolis : trois loutres de mer (depuis fin 2016) et deux loutres d’Europe. Le couple Vénus et Boukan – loutres d’Europe arrivées les premières en 2013 – est installé au sein d’un espace comprenant un bassin de 100m2 d’eau de mer, un enclos végétalisé de 80m2 équipé de trois flaques d’eau douce et des abris pour le repos. Le piégeage, l’urbanisation et la pollution ont failli faire disparaître l’espèce, ce qui justifie leur présence à Océanopolis. Ce sont elles qui demandent le plus d’attention. En effet, à l’inverse des phoques, les loutres ne possèdent pas de couche de graisse pour se protéger du froid. Le soigneur a donc l’obligation de les nourrir toutes les heures.

La distribution alimentaire se déroule ensuite toujours au rythme d’exercices demandés à l’animal. Ce spectacle, ou considéré comme tel auquel peuvent parfois assister les visiteurs, n’est donc pas un divertissement mais exclusivement réalisé dans un but vétérinaire. L’objectif est également de préparer l’animal à d’éventuels soins ; il doit être parfaitement à l’aise avec l’homme et totalement docile pour recevoir les soins appropriés en cas de besoin. Les soigneurs contrôlent également leur poids chaque semaine afin de s’assurer d’une croissance régulière chez les spécimens les plus jeunes et du bon état général de santé chez les autres.

L’ENRICHISSEMENT DES LOUTRES

« Enrichissement » : ce terme définit l’ensemble des activités pratiquées par les loutres. Ces mammifères réclament une importante stimulation pour se maintenir en bonne santé. Si elles s’ennuient, les loutres ont semble-t-il, tendance à se laisser aller. Elles peuvent par exemple rapidement cesser de « groomer », c’est-à-dire d’entretenir leur pelage. Il est donc impératif de les distraire et à cet effet, les soigneurs ont imaginé un certain nombre de divertissements, soit sous forme de jeux directement placés dans le bassin, soit par le biais d’activités ludiques. L’animal va devoir par exemple retrouver de la nourriture dans une caisse remplie de glace. Tout est mis en place pour stimuler les loutres au maximum.

DES PHOQUES BIEN NOURRIS

C’est ensuite au tour des phoques d’être alimentés. Le rituel est le même : Maxence demande aux animaux d’adopter différentes positions et enchaîne une série d’exercices, chaque fois récompensés par de la nourriture. Le nombre d’exercices dépend du temps dont dispose le soigner. La première distribution se termine généralement à la mi-journée et l’après-midi, deux voire trois passages sont programmés. Cependant, peu importe le nombre de passage, la quantité de nourriture sera la même. Une fois nourris, les animaux sont alors examinés afin de s’assurer de leur bon état de santé et de l’absence de blessures. En cas de petites écorchures, les premiers soins de désinfection sont administrés par l’équipe présente sur place ; s’il s’agit d’un problème plus grave, l’aquarium fait appel au vétérinaire.

SENSIBILISER LES VISITEURS A L’UNIVERS MARIN

Si ce n’est le plaisir de s’occuper au quotidien d’animaux très attachants – bien qu’il soit demandé aux soigneurs de garder un certain détachement – Maxence Le Roy voit dans son métier une mission importante : la sensibilisation à la nécessité de protéger les différents résidents des bassins. «  Le rôle de l’aquarium explique-t-il, est de faire connaître ces espèces au grand public pour qu’il sache qu’elles sont protégées ». C’est le message diffusé chaque année à près de 400 000 visiteurs dont une large partie de scolaires, venus avec leurs professeurs s’initier à la diversité et à la complexité du monde marin.

 


*Classiquement, les soigneurs animaliers se forment durant un an après le bac dans l’une des quatre écoles françaises existante.

 

Océanopolis

Port de plaisance du moulin blanc, 29200 Brest

Tél : 02.98.34.40.40 – www.oceanopolis.com